Donc, bonne année 2012. Ce n’est pas parce que les Chinois célèbrent bien davantage la fête du Printemps (également connue sous le nom de nouvel an chinois) – et comme nous entrerons dans l’année du Dragon dans trois semaines, les réjouissances promettent d’être totales – qu’ils dédaignent le 31 décembre, son compte à rebours, ses vœux de réussite et de bonne santé.

La télévision chinoise nous a même gratifiés, aux alentours de l’heure H, d’un triplex chaleureux entre Shanghai, Pékin et Hong Kong. C’était assez sympathique à observer, amusant aussi, car les trois horloges n’étaient manifestement pas tout à fait synchrones, Shanghai devait avoir 4 ou 5 secondes d’avance sur ses comparses.

Puis Monsieur Hu nous a adressé ses vœux.

A noter que Pékin avait fait le choix de la sobriété en ne donnant pas dans la pyrotechnie, lui préférant un son et lumière dans l’enceinte du plus que sublime Temple du Ciel.

Un spectacle que le Parisien n’a pas manqué d’immortaliser dans son tour du monde du passage à 2012, sans semble-t-il se renseigner tout à fait.

Cher Le Parisien, je me permets humblement de vous indiquer 1) qu’on n’entre pas dans le Temple du Ciel comme dans un moulin, encore moins à vélo, fût-ce un 31 décembre ; 2) que les vélos que vous remarquez en face du Temple faisaient partie intégrante du spectacle, puisqu’il s’agissait d’un ensemble de bicyclettes (statiques) de couleur verte censées témoigner de l’engagement de la ville pour l’environnement. (merci à lui pour ces utiles précisions dénichées au prix d’une quête éperdue dans Google).

Je tenais tout de même à rétablir la vérité pour ne pas entamer 2012 le cerveau en roue libre.

Publicités