Depuis que je suis devenue mère, j’ai été téléportée dans un monde parallèle peuplé de loisirs créatifs, d’imagiers colorés, de livres de Claude Ponti et d’Hervé Tullet, de jouets en bois, d’animaux en crochet et de saveurs bonbon-à-la-fraise-acidulée-vanille-caramel-chocolat.

Pour faire bref, mon cerveau est pris en otage par tout ce qui touche aux douceurs et joliesses de l’enfance aux dépends de toute acuité intellectuelle. Je passe des heures à contempler avec envie (et un brin de jalousie) les créations graphiques/couturières/ludiques d’autres si infiniment plus doués que moi, et ne manque jamais une occasion de m’extasier devant ce qui est mignon, petit , ajouré de paillettes, d’étoiles ou de rubans, et destiné aux petites mains.

C’est donc en toute logique que je vois venir l’Avent avec un enthousiasme total, et en bonne mère que je suis (et surtout pour éviter d’être prise de court comme un certain 28 novembre 2010, date à laquelle Belle des Champs me demanda du haut de son innocente certitude quand j’installerais le Calendrier et me retrouver à passer 2 jours enfiévrés à bricoler un vague succédané), j’ai écumé blogs et tutoriels à la recherche d’une idée par moi réalisable…

On trouve pourtant des calendriers « tout faits » également ici, mais tant qu’à me vouloir maman dévouée, je tente vaille que vaille de relever le défi de la fabrication maison.

C’est grâce à elle que j’ai découvert ce magnifique blog, et ses repérages de calendriers très inspirants.

Quelques feuilles de feutrine plus tard, je sais que le résultat n’a à peu près rien à voir la guirlande de pochettes en tissu dont je tentai de m’inspirer, et que ses multiples imperfections lui confèrent un charme certain… mais pari tenu, Belle des Champs et Lady Gogo ont apprécié.

L’an prochain, il faudra sans doute que j’envisage de faire quelque chose en trois exemplaires, c’est sans doute la dernière fois que Miss Godzilla ne saisit pas tout à fait ce qui se trame à l’intérieur de ces petites pochettes.

Publicités