Un mois et 9 jours après mon arrivée sur le sol chinois, j’ai eu 33 ans. Ma plus ancienne amie m’a demandé pour l’occasion ce qui me faisait défaut ici, et qu’elle pourrait m’envoyer…
Point de fromage, de chocolat ni de charcuterie sur ma liste, non, la seule chose dont l’absence menaçait de mettre en péril mon équilibre mental tenait en une petite pipette transparente couramment usitée par la gent parentale.


crédit photo physiodose, merci 🙂

Avant d’être mère, il n’y a jamais que dans Urgences que j’avais entendu parler de sérum physiologique… la parentalité étant un univers plein de surprises et d’expériences inédites, j’ai été rapidement rompue à l’art du maniement du sérum phy, dont je ne conçois même plus qu’on ne puisse pas en abriter des cartons entiers dans ses placards.

Cruelle désillusion qui fut donc la mienne quand, à Pékin, je cherchai désespérément, de centres commerciaux estampillés « expat » en parapharmacies américaines, en passant – sans trop d’espoir – par les enseignes locales, cette précieuses boîte, l’angoisse grandissant à mesure que diminuaient mes réserves précautionneuses et se profilaient les rhinites infantiles saisonnières.

Ma généreuse amie me renfloua avant un retour salutaire en France où je pus renouveler mon stock… Dans l’intervalle, j’ai fini par localiser où l’acheter sur place, mais à prix d’or pour un conditionnement de 8 pipettes… J’envisage depuis longtemps de préparer une checklist des indispensables de la MAF (française, il semblerait que les mamans d’autres nationalités ne soient pas si accro) expatriée, je n’ai aucun doute sur ce qui doit y figurer en premier lieu.

Publicités