Quand tu pars en « expatriation » – terme affreux que j’emploie à défaut de mieux, tant chaque réalité est particulière -, tu te trouves immanquablement confronté à une multitudes de petits tracas dont tu te dois de trouver seul les réponses.

Tu peux par exemple décider de quitter ta terre natale, non seulement en compagnie de ton cher et tendre et de tes enfants, mais aussi de tes amicaux compagnons à quatre pattes

Emmener ses chats en Chine, cela met un peu de piment dans une préparation au voyage déjà un peu angoissante pour les ultrastressées de mon espèce, mais le défi n’est pas insurmontable…

Les examens médicaux

  • Vaccination antirabique datant de plus d’un mois et de moins de 12… avec date du vaccin et signature du vétérinaire sur le passeport de l’animal à l’appui.
  • Titrage de la sérologie antirabique réalisé un mois après la vaccination (une occasion unique d’assister à une prise de sang animal)
  • Certificat de bonne santé établi par le vétérinaire ET visé par la Direction Départemantale des Services Vétérinaires de ta ville entre 24 et 72 heures avant le départ (au moment où tu n’as que cela à faire)
  • Petit détail qui a son importance : il importe de s’assurer auprès de la compagnie d’aviation que les animaux sont acceptés en vol. Si tu voyages avec plus de deux animaux, la soute est obligatoire…

Le jour J

  • Si tout se passe comme prévu, la personne qui se chargera de ton enregistrement à l’aéroport n’aura aucune idée de la procédure relative au transport aérien des animaux. Tu devras donc tour à tour lui rappeler que tu as des animaux, lui présenter les passeports idoines, lui demander de te faire régler leur transport (une petite bagatelle de 200 euros par animal considéré comme « surcharge bagage » pour la Chine).
  • Si tu as le cœur sensible, aguerris-toi, car c’est à la fin de ton enregistrement que tu diras adieu au revoir à ton fidèle compagnon sans autre forme de procès : il te faudra le déposer, dans sa caisse de transport, sur un chariot et le laisser aux mains des bagagistes.

A l’arrivée

  • On t’aura généralement donné toutes sortes d’informations contradictoires sur le lieu où récupérer ton animal (sur le tapis avec les bagages « normaux »? à l’espace « bagages spéciaux »? A la quarantaine?). A priori, les animaux semblent être déposés à l’espace bagages spéciaux, bien caché dans un recoin du hall d’arrivée.
  • Ton soulagement sera grand, même si tu t’abstiendras à l’avenir d’imaginer comment ton courageux animal a survécu à 10h de vol en soute, il ne reste plus que quelques toutes petites formalités.

Le Quarantine Inspection Bureau

  • Passage obligé avant de quitter l’aéroport : le bureau de la quarantaine, où M. Douane te demandera les papiers de ton animal et les tiens, te fera remplir un formulaire de renseignement en trois exemplaires.Tu devras aussi d’acquitter des frais de dossier et de douanes illico presto et en espèces.
  • Il te faudra également sortir ton animal de sa caisse de transport, car M. Douane immortalisera l’instant avec son appareil photo.

Un dernier (examen) pour la route

  • Tu pensais en avoir fini avec les démarches, que nenni : tu as désormais 10 jours pour te rendre à la clinique vétérinaire qu’on t’aura indiquée (généralement celle qui n’est pas à côté de chez toi) et faire procéder à un examen clinique de ton animal, divers prélèvements à l’appui…
  • Ce n’est qu’une fois cette ultime démarche accomplie (et après délestage de quelques centaines de RMB au passage) que Fidèle compagnon et toi serez à même de goûter un repos bien mérité. Méfiance toutefois : ton animal reste assigné à résidence pour une durée de 30 jours.

Une fois prochaine, je vous raconterai comment perdre puis retrouver son chat à l’aéroport et m’entretiendrai de l’importance d’une caisse de transports plus que solide.

Publicités